Archives de Tag: #Festival du premier roman de Chambéry

Rencontre des auteurs sélectionnés pour le 29 ème festival du premier roman de Chambéry


festival_chambery_premier_roman

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je viens enfin vous parler de cet événement magnifique qui s’est déroulé le week-end dernier. Il s’agit de la rencontre avec les auteurs qui ont été sélectionnés pour le 29 ème festival du premier roman de Chambéry et qui ont accepté de se déplacer à Mouscron. Lire la Suite →

Publicités

Festival du roman de Chambéry c’est reparti


festival_chambery_premier_roman

Si me suivez régulièrement, vous devez vous souvenir que je vous ai parlé du comité de lecture qui s’est formé avec ma bibliothèque et le bibliobar livresse duquel j’ai fait partie l’année dernière. Il s’agit du festival du premier roman de Chambéry. Lire la Suite →

Babylone Underground de Eloïse Cohen de Timary


babylone underground Titre:Babylone Underground
 Auteur: Eloïse Cohen de Timary
 Editions: Serge Safran
 Nombre de pages: 211
 Genre: Contemporaine
 Prix: 16€ au format broché ou 10,99€ au format numérique
J'ai lu ce roman dans le cadre du comité de lecture du Festival du premier roman de Chambéry

Lire la Suite →

L’homme incertain de Stéphanie Chaillou


l'homme incertain Titre: L'homme incertain
 Auteur: Stéphanie Chaillou
 Nombre de pages: 166
 Editions: Alma
 Genre: Contemporaine
 Prix: 16€ au format broché ou 11,99€ au format Kindle
 J'ai lu ce roman dans le cadre du comité de lecture du Festival du premier roman de Chambéry.

Lire la Suite →

La maladroite de Alexandre Seurat


la maladroite 
 Titre:La maladroite
 Auteur:Alexandre Seurat
 Editions:du Rouergue
 Nombre de pages:121
 Genre:Témoignage
 Prix: 9,99€ au format numérique ou 13,80€ au format broché J'ai lu ce roman dans le cadre du comité de lecture du Festival du premier roman de Chambéry

Lire la Suite →

28 ème festival du premier de roman de Chambéry à la bibliothèque


chambéry 1 Lire la Suite →

Les mots qu’on ne me dit pas de Véronique Poulain


les mots qu'on ne me dit pas 
 Titre:  Les mots qu'on ne me dit pas
 Auteure: Véronique Poulain
 Editions: Stock
 Nombre de pages: 144
 Prix: 11,99€ au format numérique, 6, 10€ au format poche 
 ou 16,50€ au format broché

Lire la Suite →

L’étrangère de Valérie Toranian


l'étrangère Titre: L'étrangère
 Auteure: Valérie Toranian
 Editions: Flammarion
 Nombre de pages: 237
 Prix: 14,99€ au format numérique ou 
 19€ au format broché

 J'ai lu ce roman dans le cadre du comité de 
 lecture pour la 29ème édition du festival du 1er
 roman de Chambéry.

«Elle tricote. Je sors mon carnet.
– Raconte-moi précisément ce qui s’est passé dans les convois…
– Plus tard…
Je rêve de recueillir cette histoire qui est aussi la mienne et elle s’y oppose comme une gamine butée. – Quand plus tard ?
– Quand tu auras eu ton bébé.»
Aravni garde farouchement le silence sur son passé. Sa petite-fille, Valérie, aimerait pourtant qu’elle lui raconte son histoire, l’Arménie, Alep, Constantinople et Marseille. Dans ce récit qui traverse le siècle, elle écrit le roman de la vie, ou plutôt des vies d’Aravni : de la toute jeune fille fuyant le génocide arménien en 1915 jusqu’à la grand-mère aussi aimante qu’intransigeante qu’elle est devenue, elle donne à son existence percutée par l’Histoire une dimension universelle et rend hommage à cette grand-mère «étrangère» de la plus belle façon qui soit.

Qu’est-ce que j’en pense?

Mon choix s’est porté sur ce roman comme première lecture dans le cadre du comité de lecture du Festival du premier roman de Chambéry. Il faut dire que sa quatrième de couverture est tout aussi attirante qu’intrigante.
Finalement, je ne regrette pas du tout d’avoir choisi de découvrir ce roman, car j’ai passé un très bon moment en sa compagnie et il est passé pas loin du coup de cœur.

Une fois la première page de ce roman tournée, j’ai eu beaucoup de mal à le reposer et le lire pendant mes trajets en train a été un supplice, car j’avais l’impression qu’à peine j’étais plongée dans l’histoire que déjà j’étais arrivée à destination.

L’auteure a trouvé les mots justes pour nous plonger dans la descente aux enfers vécue par sa grand-mère, Aravni. J’ai été touchée, émue, bouleversée par ce vécu. La dureté de ce roman nous prend aux tripes et plus d’une fois j’ai eu les larmes aux yeux.
Certaines scènes sont vraiment très marquantes et on ne peut que prendre cette grand-mère en pitié et comprendre le pourquoi de son caractère.
Heureusement, les chapitres sont alternés et on retrouve d’un côté le passé d’Aravni et de l’autre le passé de l’auteure qui nous permet un peu de reprendre notre souffle.

Bref, si vous cherchez un roman qui va vous bouleverser et vous prendre aux tripes « L’étrangère » est pour vous.

Présentation de l’auteure

Valérie Toranian est née en 1962. Ancienne directrice de Elle, elle est aujourd’hui directrice de La Revue des deux mondes. L’étrangère est son premier roman.

Oubliés de Rebecca Vaissermann


5c69b-oublic3a9s

 

 Titre: Oubliés
 Auteure: Rebecca Vaissermann
 Nombre de pages: 160
 Editions: Parole ouverte
 Prix: 16€ au format broché

 

1944. Jacques et Louis s’aiment, mais la déportation vient les séparer. Commence alors la quête de Louis pour retrouver l’homme qu’il aime malgré le temps, la distance, malgré l’Histoire qui se dresse entre eux et toutes les difficultés de cet amour interdit car différent… « Notre amitié s’était faite tout naturellement, jusqu’à ce que nous constations tous deux que nous étions liés par beaucoup plus que ça, petit à petit, comme une lente infusion de sentiments dont les arômes se développeraient à chaque gorgée. En 1940, alors que l’hydre décidait de faire pousser une de ses têtes à l’intérieur de nos frontières bafouées, nous entamions une relation charnelle, ayant tous deux déménagé pour reprendre une petite épicerie.

Qu’est-ce que j’en pense?
Ça fait un moment que j’ai lu ce roman, mais je pourrais vous en parler comme si c’était hier. J’étais persuadée de l’avoir chroniqué, mais apparemment non, je profite donc pour réparer cet oubli.
Je suis tombée sur ce roman par hasard à la bibliothèque quelques semaines avant le passage de son auteure dans leurs locaux pour le festival du premier roman de Chambéry et j’ai eu envie de me laisser tenter.
Finalement, je trouve que le hasard fait vraiment très bien les choses car j’ai eu un énorme coup de cœur pour ce roman.
Dès les premières pages, l’auteure nous entraîne dans une histoire magnifique et nous livre des émotions en pagaille.
On se plonge très vite dans la peau de Louis, personnage qui m’a énormément touchée et émue. La relation qui s’installe entre Louis et Jacques est vraiment magnifique et on se surprend à vouloir avancer et à suivre leur évolution.
Rebecca Vaissermann mélange le thème de la guerre et de l’homosexualité avec beaucoup de talent et d’originalité.
L’alternance entre le passé et le présent est vraiment très bien dosée et donne un certain rythme à l’histoire.
Du haut de ses 20 ans, l’auteure a une plume très mature et on oublie très vite son âge, tellement ce premier roman est magnifique.

Bref, si le thème de la guerre et de l’homosexualité vous intéressent et que vous aimez les condensés d’émotions, qu’attendez-vous pour vous jeter sur ce roman ?

Présentation de l’auteure
Rebecca Vaissermann est née en 1992 à Paris. Elle suit des études de droit puis se tourne vers le Cours Florent afin de se consacrer à la scène et à l’écriture. En 2013, elle se produit au théâtre dans différents projets et signe avec « Oubliés » son premier roman.

VAISSERMANN_REBECCA

Le liseur de 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent


2015-08-17 19.02.39

 Titre: Le liseur du 6h27
 Auteur:Jean-Paul Didierlaurent
 Nombre de pages: 217
 Editions: Au diable Vauvert
 Prix: 16€ au format broché, 9,99€ au format 
 numérique et sortie le 27 août chez Folio en poche 
 au prix de 7€

Employé discret, Guylain Vignolles travaille au pilon, au service d’une redoutable broyeuse de livres invendus, la Zerstor 500. Il mène une existence maussade mais chaque matin en allant travailler, il lit aux passagers du RER de 6h27 les feuillets sauvés la veille des dents de fer de la machine…
Dans des décors familiers transformés par la magie de personnages hauts en couleurs, voici un magnifique conte moderne, drôle, poétique et généreux : un de ces livres qu’on rencontre rarement.

Qu’est-ce que j’en pense?
Ca faisait un moment que ce roman me tentait et quand j’ai vu qu’il faisait partie des 5 romans sélectionnés à l’occasion du 28ème festival du premier roman de Chambéry, je n’ai pu résister à la tentation de l’emprunter à la bibliothèque.
Finalement, je trouve que ce roman mérite vraiment cette sélection et les prix qu’il a reçus, d’ailleurs je suis impatiente d’être en janvier pour rencontrer l’auteur à la bibliothèque et l’entendre parler de son roman.
Une fois la première page de cet ouvrage tournée, il est très difficile de le lâcher tellement on se retrouve happé par la plume de l’auteur.
A travers ce magnifique roman, on se retrouve plongé dans un énorme élan de tendresse et dans des situations toutes plus cocasses les unes que les autres.
On angoisse avec Guylain et cette horrible Zestor 500, on se retrouve pendu à ses lèvres quand il fait la lecture. A chaque fois, j’ai eu cette impression que c’était à moi qu’il lisait ces passages tellement je me suis sentie embarquée.
J’ai également adoré la relation de Guylain avec son poisson rouge, on sent un lien magnifique et très fort.
Les personnages qu’on peut croiser tout au long de ce roman sont vraiment bien travaillés et apportent tous une touche très agréable à l’histoire.
J’ai adoré les passages à la maison de retraite et par-dessous tout l’idée de la clé USB que j’ai trouvée très originale et l’histoire qui tourne autour de Julie.
Quant à la fin, elle m’a elle aussi conquise et elle adresse un magnifique message d’espoir comme je les aime.

Bref, si vous aimez les personnages hauts en couleur et si vous avez-vous aussi envie que quelqu’un vienne vous faire la lecture, qu’attendez-vous pour découvrir ce liseur et vous laisser porter par ses mots ?
De mon côté, je n’hésiterais pas à me laisser tenter d’ici septembre par Macadam le second roman de l’auteur qui sort en septembre.

Présentation de l’auteur
Jean-Paul Didierlaurent vit dans les Vosges. Le liseur du 6h27 est le premier roman de ce nouvelliste exceptionnel, lauréat à deux reprises du fameux prix Hemingway.

AVT_Jean-Paul-Didierlaurent_7571