Archives de Catégorie: Poésie

Vide de Mitch


vide 
 
 Titre: Vide
 Auteur: Mitch
 Editions: Hugues Facorat
 Nombre de pages: 48
 Prix: 2,99€ au format numérique 
 et 7€ au format broché

 Je tiens à remercier Mitch et les 
 Editions Hugues Facorat pour m'avoir 
 permis de découvrir ce recueil.

« Vide» Est un recueil en forme de cri d’une génération désabusée. Les textes sont tour à tour graves, lourds de sens, ou même plus en finesse. On prend les phrases comme des coups de poing ( «1000» et «Vide» ), Puis l’on sourit en se disant que nous aussi, on a une personne comme cela autour de nous ( «Mon ami»). Les textes s’enchaînent avec fluidité et les illustrations à l’encre de chine faites par Mitch lui même donnent de l’espace au lecteur pour mieux respirer entre chaque passage. La lecture de cette oeuvre est comme un marathon. On ne peut s’empêcher de lire celui ci jusqu’au bout. C’est court, c’est intense, on passe des moments de pause, au sprint intense dans la lecture, et on finit forcement essoufflé, mais content. C’est un rendez vous galant avec l’âme humaine et on n’en ressort jamais comme l’on y est entré. Un ouvrage à dévorer et à conseiller.

Qu’est-ce que j’en pense?
N’étant pas une grande lectrice de poésie, j’ai quelque peu hésité avant d’accepter de découvrir ce recueil.
Finalement, je ne regrette pas du tout de m’être laissé tenter, car je ne savais pas trop à quoi m’attendre et j’ai été très agréablement surprise par les textes de Mitch.
Ce recueil est rempli d’émotions, il nous pousse à la réflexion.
L’auteur réussit à tenir le lecteur en haleine et à le captiver de manières très différentes autour d’un même thème : « Vide ». Si je devais choisir un texte en particulier, j’en serais bien incapable, car je les ai tous appréciés à leur façon, certains m’ont touchée et d’autres m’ont fait sourire.
Les illustrations sont en totale adéquation avec le recueil et le noir et blanc est un très bon choix.

Bref, si vous aimez les émotions diverses et la poésie, n’hésitez pas à vous laisser tenter par ce recueil.

Présentation de l’auteur
Mitch est un auteur Français. Il écrit dans de nombreux styles, Roman, Poésie, Théâtre.
Il est issue du milieu du théâtre puisqu’il commença son apprentissage comme comédien dès l’âge de 7 ans, et continua dans les milieux du spectacle durant de nombreuses années. Il accompagna de nombreux groupes de musique de sa région en tant que metteur en scène et il tourna plusieurs clips video pour ces même groupes. C’est un artiste polymorphe qui peint et dessine. Il expose régulièrement ses oeuvres et illustre tous ses livres lui même.
on peut le retrouver sur son site perso où il aime discuter avec ses lecteurs.
en un mot comme en cent; c’est un artiste.

mitch

Publicités

La grammaire est une chanson douce de Erik Orsenna


Elle était là, immobile sur son lit, la petite phrase si bien connue, trop connue : Je t’aime.
Trois mots maigres et pâles, si pâles. Les sept lettres ressortaient à peine sur la blancheur des draps. Il me sembla qu’elle nous souriait, la petite phrase.
Il me sembla qu’elle nous parlait:
-Je suis un peu fatiguée. Il paraît que j’ai trop travaillé. Il faut que je me repose.
-Allons, allons, Je t’aime, lui répondit Monsieur Henri, je te connais. Depuis le temps que tu existes. Tu es solide. Quelques jours de repos et tu seras sur pied.
Monsieur Henri était aussi bouleversé que moi.
Tout le monde dit et répète « Je t’aime ».
Il faut faire attention aux mots.
Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s’usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver.
 
Qu’est-ce que j’en pense?
 Ce livre, je ne l’ai pas acheté de moi-même, c’est le prof de communication qui nous a demandé de le lire. 

Au début, je me demandais un peu comment on pouvait faire une  histoire sur la grammaire. Je l’ai donc acheté assez vite parce que j’étais curieuse de savoir ce qu’il racontait. Quand je l’ai vu, la couverture m’a directement attirée. Très rapidement,  je me suis donc décidée à le lire et je viens même de le relire une deuxième fois.

Finalement, je pense que je dois dire merci à mon prof de communication parce que sans sa demande je n’aurais jamais acheté cette petite merveille qui est très facile à lire.

Cette histoire est un vrai conte poétique qui nous rappelle les fables de Jean de Lafontaine et l’histoire du Petit Prince.

J’aime  beaucoup l’histoire, la façon dont elle est écrite, cette manière de réapprendre la grammaire et la façon dont l’auteur joue avec les mots : il explique leur nature de façon très claire et nous fait découvrir combien ils sont importants. Si on avait appris la grammaire comme Erik Orsenna nous la fait voir, en chantant, en jouant avec les mots, on se rendrait vraiment compte de la magie des mots.

J’ai été aussi très attirée par les images que l’on peut découvrir au fil du livre. Elles sont très bien faites et nous permettent de nous plonger encore plus dans le livre.
La grammaire est une chanson douce me donne vraiment envie de découvrir Erik Orsenna entre autre dans la révolte des accents et les chevaliers du subjonctif. Ce livre m’a aussi donné l’envie de relire Le Petit Prince.