Archives de Catégorie: Conte

Les Compagnons de l’Arc-en-ciel de E.R.Link


Lire la Suite →

Publicités

Etoile de Noël de Isabelle Rozenn-Mari


etoilde-noel etoile-de-noel Lire la Suite →

Les Contes de la lune de Elisabeth Delaigle


Vue de la terre, la lune, par sa rondeur et sa bonhomie incite à toutes les rêveries… Inaccessible et pourtant si proche, elle peuple l’imaginaire des hommes pressés de la conquérir, et enflamme le monde depuis la nuit des temps avec son lot de légendes et de mystères.

Dans Les contes de la lune, les enfants sont transportés dans des univers très différents, au gré de récits qui ont tous la lune comme déclencheur de situations insolites : que ses rayons éclairent l’aigle blessé, la princesse désespérée, les souris affamées, le boxeur conquérant, le vieux chat jaloux, l’ourson espiègle ou les deux enfants perdus en forêt, elle les pousse à faire de petites bêtises ou de grandes choses !

Qu’est-ce que j’en pense?
 Quand Elisabeth Delaigle m’a contactée pour découvrir son bouquin en PDF, j’ai vraiment été enchantée car j’étais impatiente de découvrir ces contes de la lune.

A travers ce bouquin, l’auteure nous propose 7 contes différents avec lesquels j’ai vraiment passé un agréable moment.
Je les ai d’abord découvert moi-même et je suis complètement retombée en enfance au cours de cette lecture. Il y a deux contes qui ont particulièrement retenus mon attention mais j’ai beaucoup aimé les autres aussi.
J’ai adoré la magnifique illustration qu’on peut retrouver pour accompagner chaque conte.

Quand j’ai eu fini de découvrir ces contes, j’ai décidé pendant une semaine d’en lire un chaque soir à mon fils au moment du coucher et je peux vous dire que ça a été une réussite. Il est également tombé sur le charme de ces contes et il y en a un qui a retenu plus particulièrement son attention.
Pour être un peu plus précise, je vais vous donner mon avis ainsi que celui de mon fils conte par conte.
  • Le buveur de lune : Celui là est le préféré de mon fils. Il s’est beaucoup attaché à l’aigle et à l’histoire d’amitié qui se crée entre le petit garçon et cet oiseau. De mon côté, je me suis plus attachée à l’histoire d’amitié entre le garçon et l’aigle qu’à l’oiseau lui-même.
  • La fileuse de lune : Bien sûr, comme celui-ci parle d’une princesse qui doit trouver son prince charmant, il a moins touché mon fils. Pour lui, c’était plus une histoire de fille. Et oui justement, venons en à cette histoire de fille qui a été un coup de cœur pour moi et qui m’a le plus fait retomber en enfance.
  • Les croqueuses de lune : Mon fils et moi avons tous les deux trouvés ces petites souris croqueuses de lune qui surveillent les chats très touchantes.
  • Le boxeur de lune : C’est celui que j’ai le moins aimé et qui a également intéressé le moins mon fils. J’ai trouvé qu’il était beaucoup moins féerique que les autres et que l’histoire était un peu plus banale.
  • La voleuse de lune : Ha celui-ci est mon deuxième conte coup de cœur. Si j’ai autant aimé l’histoire c’est parce que j’ai réussi à imaginer mes chats dans les rôles de Beauchat et de Miette.De son côté, comme il aime beaucoup les chats, mon fils a également beaucoup aimé ce conte et il s’est attaché à Beauchat et Miette.
  • Les chasseurs de lune : Ce conte fait partie avec « Le boxeur de lune » de ceux que j’ai le moins aimer. Je l’ai également trouvée moins féerique que les autres. Mon fils, lui s’est beaucoup amusé avec Pierre et Paul.
  • Le pêcheur de lune : Ha ce petit ourson brun qui apprend à pêcher, mon fils et moi l’avons tous les deux trouvés adorable.En bref, j’ai passé un très agréable moment avec ce bouquin et j’ai été énormément conquise par la fileuse de lune. Mon fils et moi avons été très attirés par les contes avec les animaux.

Merci à Elisabeth Delaigle de m’avoir contactée et de m’avoir permis de découvrir son très agréable recueil de contes.

Odd et les géants de glace de Neil Gaiman


Dans un village nordique des temps anciens vit Odd, un garçon que la chance a oublié. Son père a péri dans une expédition Viking, et sa mère est inconsolable.
Un arbre tombe et c’est sur son pied qu’il s’écrase, le rendant boiteux pour toujours. Mais un jour, Odd délivre un ours pris au piège. Une quête fanatique commence pour lui, le fragile petit humain. Un voyage vers un pays de glaces, de géants et de dieux. Et ce monde attend quelqu’un de souriant, d’exaspérant, d’intelligent, de surprenant. Quelqu’un comme Odd…

Qu’est-ce que j’en pense?
Avant de vous parler de ce livre, il faut que je vous dise que sa couverture est magnifique. D’ailleurs, si j’ai été attirée par ce roman à la bibliothèque,  c’est grâce à elle et ensuite grâce à son titre.
 Je ne connaissais pas du tout l’auteur avant de lire cet écrit et je peux vous dire que ce bouquin se lit très facilement et son aspect de conte est très intéressant.
Dès le début, j’ai été happée par l’univers de notre héros Odd qui est un personnage très attachant. Même s’il est peu chanceux, ce garçon fait preuve de beaucoup de courage tout au long de l’histoire.

Au fil de cette œuvre, on peut retrouver des images magnifiques qui rendent l’histoire encore plus attrayante.

En bref, j’ai beaucoup aimé cette petite merveille et je ne vais donc pas en rester là avec l’auteur.

La grammaire est une chanson douce de Erik Orsenna


Elle était là, immobile sur son lit, la petite phrase si bien connue, trop connue : Je t’aime.
Trois mots maigres et pâles, si pâles. Les sept lettres ressortaient à peine sur la blancheur des draps. Il me sembla qu’elle nous souriait, la petite phrase.
Il me sembla qu’elle nous parlait:
-Je suis un peu fatiguée. Il paraît que j’ai trop travaillé. Il faut que je me repose.
-Allons, allons, Je t’aime, lui répondit Monsieur Henri, je te connais. Depuis le temps que tu existes. Tu es solide. Quelques jours de repos et tu seras sur pied.
Monsieur Henri était aussi bouleversé que moi.
Tout le monde dit et répète « Je t’aime ».
Il faut faire attention aux mots.
Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s’usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver.
 
Qu’est-ce que j’en pense?
 Ce livre, je ne l’ai pas acheté de moi-même, c’est le prof de communication qui nous a demandé de le lire. 

Au début, je me demandais un peu comment on pouvait faire une  histoire sur la grammaire. Je l’ai donc acheté assez vite parce que j’étais curieuse de savoir ce qu’il racontait. Quand je l’ai vu, la couverture m’a directement attirée. Très rapidement,  je me suis donc décidée à le lire et je viens même de le relire une deuxième fois.

Finalement, je pense que je dois dire merci à mon prof de communication parce que sans sa demande je n’aurais jamais acheté cette petite merveille qui est très facile à lire.

Cette histoire est un vrai conte poétique qui nous rappelle les fables de Jean de Lafontaine et l’histoire du Petit Prince.

J’aime  beaucoup l’histoire, la façon dont elle est écrite, cette manière de réapprendre la grammaire et la façon dont l’auteur joue avec les mots : il explique leur nature de façon très claire et nous fait découvrir combien ils sont importants. Si on avait appris la grammaire comme Erik Orsenna nous la fait voir, en chantant, en jouant avec les mots, on se rendrait vraiment compte de la magie des mots.

J’ai été aussi très attirée par les images que l’on peut découvrir au fil du livre. Elles sont très bien faites et nous permettent de nous plonger encore plus dans le livre.
La grammaire est une chanson douce me donne vraiment envie de découvrir Erik Orsenna entre autre dans la révolte des accents et les chevaliers du subjonctif. Ce livre m’a aussi donné l’envie de relire Le Petit Prince.