Le rendez-vous des indés #14


504a9-almpekiy

L’auto-édition est un vaste sujet, chacun à ses propres idées à son propos. C’est pourquoi, j’ai décidé de créer ce rendez-vous des indés.

Je pense que ce rendez-vous peut être très enrichissant, permettre de découvrir différentes visions et d’échanger. Je vous demande juste que ces échanges se fassent dans le respect , sans débordements inappropriés car je sais très bien qu’il y aura des risques.

Si vous voulez que ce rendez-vous continue, j’attends vos mails, car ce sont vous, les indés qui le faites. Je compte donc sur vos témoignages que vous pouvez m’envoyer à lestribulationsdunelectrice@gmail. Dans ce mail, vous êtes libres de me parler de votre ressenti et de votre expérience.

Pour cette nouvelle édition, c’est Laurent Jardin qui se prête au jeu. Il a connu l’auto-édition avec ses romans « Les bonnes nouvelles » et « La tête dans les nuages, il pleut mon coeur ».

 les bonnes nouvelles tete-nuages-pleut-mn-cur-laurent-jardin-L-yXUiiH

J’ai trente-cinq ans et je travaille dans la traduction depuis plus de dix ans. En marge de cette activité, j’écris des choses plus personnelles depuis l’adolescence. Il y a un peu plus de deux ans, j’ai commencé à participer à des ateliers d’écriture. Cela faisait quelques temps que je n’écrivais plus vraiment, à part de temps en temps des
articles sur des sites Internet. Participer à ces ateliers m’a permis de réaliser qu’on pouvait écrire des choses intéressantes simplement en se faisant un peu confiance, en se jetant à l’eau sans penser au résultat
ni avoir la prétention d’écrire un chef-d’œuvre. J’ai donc commencé à écrire chez moi de cette façon assez ludique, en prenant juste un thème ou une expression à placer ou développer. Au départ, l’idée était d’écrire plusieurs petites histoires mais rapidement, j’ai créé des personnages avec lesquels j’ai voulu poursuivre, et un an plus tard je
me suis retrouvé avec un roman, que j’ai appelé « Les Bonnes nouvelles » en référence avec cet objectif de départ, et aussi par ironie puisque apparemment, j’ai tendance à écrire des choses plutôt tristes ou sombres.

Quand j’ai terminé l’écriture, je me suis posé la question de la publication. J’ai regardé chez plusieurs éditeurs mais la plupart demandent d’envoyer des manuscrits dactylographiés, reliés etc. en plusieurs exemplaires, donc entre le papier, l’encre, les envois, ça finit par représenter un certain budget pour un résultat qui a statistiquement peu de chances d’être positif. Et puis, je ne sais plus trop comment, sans doute via les réseaux sociaux, je suis tombé sur le
site Bibliocratie, une plateforme de crowdfunding dédiée aux livres. L’idée m’a plu car contrairement aux sites de crowdfunding traditionnels où il faut tout gérer soi-même, tout l’aspect éditorial était pris en charge, ce qui était parfait pour un feignant comme moi ! Je me suis donc lancé et deux mois plus tard, mon livre avait gagné un tirage à
soixante-quatre exemplaires. Ce n’est pas grand-chose mais pour moi, c’était déjà un honneur que les gens me faisaient.

Le site a coulé peu de temps après et de toute façon, le système faisait que le livre n’était imprimé qu’au nombre d’exemplaires « précommandés ». J’ai donc cherché un autre moyen de le diffuser un peu plus parce qu’il ne faut pas se leurrer, en crowdfunding on ne convainc guère que ses amis, sa famille et éventuellement quelques collègues. Or, je me disais que mon livre pouvait plaire à d’autres lecteurs, qui ne me connaissent pas personnellement. J’avais entendu un de mes contacts sur Facebook parler de son expérience de publication sur Amazon, et je me suis dit
« pourquoi pas moi ? ». Mais évidemment, j’ai découvert à ce moment-là que mettre son livre en eBook n’allait pas miraculeusement me rapporter des fortunes. J’ai commencé à fouiller les groupes sur Facebook, à contacter
des blogs pour leur proposer de lire mon livre… Je me suis même inscrit sur Twitter alors que j’y résistais depuis des années…

Un an après la publication de ce roman, on ne peut pas dire que ce soit un grand succès commercial mais de toute façon, gagner de l’argent avec mes textes n’a jamais été une fin en soi. Ce qui est intéressant, c’est
que des gens ont découvert le livre et l’ont apprécié pour ce qu’il est, sans chercher à faire de liens avec moi ni ma vie, ce que vos proches cherchent toujours à faire quoi qu’ils en disent. J’ai de cette façon découvert d’autres auteurs auto-édités dont les livres sont vraiment bons, parfois meilleurs que des livres que j’ai pu acheter dans le
commerce. Je suis aussi allé vers des choses qui sont en dehors de ma « zone de confort », en confiant la réalisation de mes couvertures à une vraie photographe découverte complètement par hasard sur les réseaux sociaux, avec qui j’ai eu par la suite beaucoup d’échanges très enrichissants d’un point de vue artistique. Et tout ça nourrit mon
écriture, puisque je me suis ensuite lancé dans un nouveau roman que j’espère publier d’ici la fin de l’année… Maintenant très honnêtement, j’espère trouver un éditeur traditionnel ou réussir une nouvelle campagne de crowdfunding. L’auto-édition, ce sera un peu en dernier recours car au final, j’ai le sentiment que c’est un monde qui reproduit un peu les cercles vertueux mais aussi vicieux de l’édition traditionnelle, avec ses vedettes, ses promos plus ou moins sincères, son entre-soi… C’est le jeu, je l’accepte mais à titre personnel je ne suis pas forcément très doué pour l’aspect marketing, qui est en plus très chronophage. J’ai deux enfants et même si mes livres sont un peu
mes enfants, quelque part, ma famille passe encore avant. »

Publicités

Merci pour votre passage. N'hésitez pas à laisser un commentaire après lecture de l'article, je vous répondrais dès que possible :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :