L’assassinat de Gilles Marzotti de Christophe Desmurger


L'assassinat de Gilles MarzottiPrésentation

Quatrième de couv

Raoul ne manque ni de talent ni d’énergie. Plein de projets, prêt à payer de sa personne, il mérite l’argent qu’il gagne. Seulement c’est plus fort que lui : quand il dispose de 1000, Raoul en dépense 1100. Toutes les excuses sont bonnes : déguiser un achat en investissement, fêter une bonne nouvelle, s’octroyer des vacances objectivement méritées. L’argent qu’il a lui brûle les doigts. Mais par-dessus tout l’argent qu’il a dépensé sans l’avoir le hante : les dettes, les crédits, les pénalités de retard, les intérêts cumulés…

Or cet argent a un visage, posé au-dessus d’un torse vêtu d’une éternelle chemise bleu gendarmerie : le visage de Gilles Marzotti. C’est lui qui oblige Raoul à louvoyer, tromper, mentir, même à ses proches, au risque de les perdre. Lui qui poursuit Raoul jusque dans son sommeil, ricane de ses échecs, précipite sa chute, l’empêche de vivre. Gilles Marzotti. Banquier de profession. Qui n’a jamais rêvé d’assassiner son banquier ?

Questce que j'en pense

Quand l’auteur est venu me proposer de découvrir son roman, j’ai directement été intriguée par le titre et la quatrième de couverture. J’étais très curieuse de découvrir Raoul et Gilles Marzotti.

Au départ, le titre m’avait laissé penser à un thriller, mais il n’en est rien du tout et j’aime la façon dont l’auteur a trompé son lecteur à travers ce titre.

Dès les premières pages, Christophe Desmurger pose l’univers de ce roman et il est très difficile de le lâcher.

Les chapitres courts et les phrases courtes donnent un certain rythme à l’histoire et rendent les mots totalement percutants.

Nous sommes très vite entraînés dans l’histoire de Raoul qui au fond n’est qu’un reflet très juste et très bien taillé de notre société. L’auteur nous montre à quel point tout va très vite, un crédit, un achat au-dessus de nos moyens et, tout comme, notre protagoniste, c’est la descente aux enfers.

En parlant de Raoul,  à certains moments, on a envie de le plaindre et à d’autres on a envie de lui donner une bonne paire de claque pour qu’il se remue et arrête de tomber encore plus bas. Une chose est certaine, c’est que le suspense est très bien maintenu et que jusqu’à la fin de l’histoire, on se demande si oui ou non, il va s’en sortir, et on a très envie de tourner les pages pour le savoir.

Le fait que ce roman soit raconté du point de vue de Raoul nous plonge totalement dans sa peau et on vit ses inquiétudes, ses émotions et ses galères avec lui.

Nicole et Matteo sont également très bien travaillés et très attachants, et on se pose beaucoup de questions sur ce qu’il adviendra de leur relation avec Raoul.

Quant à Gilles Marzotti,  on le déteste du début à la fin du roman, et c’est ce qui le rend intéressant.

J’ai également beaucoup apprécié la place que l’auteur a donné à l’art au fil des pages.

Bref, si vous aimez les sujets de société, n’hésitez pas à vous laisser tenter par ce roman. Attendez-vous à vous retrouver face à un roman noir, mais surtout pas face à un thriller.

Publicités

2 Réponses

  1. […] Mon avis sur « L’assassinat de Gilles Marzotti » de Christophe Desmurger […]

    J'aime

  2. […] jeu » de Nessa, « Fibromyalgie mon amie » de Florence Staës, « L’assassinat de Gilles Marzotti » de Christophe Desmurger et « Les chroniques de Gabriel » de Fred Marty et un manga des […]

    J'aime

Merci pour votre passage. N'hésitez pas à laisser un commentaire après lecture de l'article, je vous répondrais dès que possible :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :