L’homme incertain de Stéphanie Chaillou


l'homme incertain Titre: L'homme incertain
 Auteur: Stéphanie Chaillou
 Nombre de pages: 166
 Editions: Alma
 Genre: Contemporaine
 Prix: 16€ au format broché ou 11,99€ au format Kindle
 J'ai lu ce roman dans le cadre du comité de lecture du Festival du premier roman de Chambéry.

L’homme incertain est un texte écrit à la première personne. Un long monologue, celui d’un homme qui se retourne sur son passé suite aux questions de ses enfants. Tout jeune, il voulait une ferme, l’acheter, l’exploiter. C’est ce qu’il connaissait, ce qu’il souhaitait. À l’époque il pensait que les choses étaient simples, que la vie était simple. Alors il a suivi des études de technicien agricole, il a acheté une ferme, l’a exploité. Il était heureux, sa femme et les enfants aussi. Puis, en 1977, à 30 ans, c’est la faillite. La fin des paysans, la politique agricole commune. En contrepoint du récit du père qui se souvient, se demande ce qu’il pense et cherche à comprendre comment cela a pu se passer, les enfants, d’une seule voix, racontent les souvenirs de leur enfance. Comme un refrain, une comptine, la mémoire des beaux jours dont le père dans son désarroi ne se souvient plus. Écrit dans une langue élégante et qui chante, le roman de Stéphanie Chaillou raconte la perplexité et l’énergie d’un être devant les bouleversements du monde.

Qu’est-ce que j’en pense?

Je ne suis pas déçue d’avoir choisi ce roman dans la liste des romans à sélectionner pour la 29ème édition du Festival du premier roman de Chambéry, car j’ai passé un bon moment en compagnie de l’histoire.

Dès les premières pages, on entre dans le quotidien du personnage principal et on a envie de l’aider à répondre aux questions qu’il se pose.

On s’attache très vite à ce fermier et on espère tellement le voir trouver une porte de sortie. J’ai aimé la façon dont il épargnait ses enfants, pour qu’ils puissent continuer à être heureux.

Au fond, ce roman est très proche de la réalité, car des faillites arrivent tous les jours et nous savons tous à quel point les conditions de vie des agriculteurs ne sont pas toujours géniales.

J’ai également aimé me retrouver avec ce petit paragraphe en italique à chaque fin de chapitre qui nous plonge dans le ressenti des enfants.

La ponctuation est placée de façon assez spéciale et j’ai  beaucoup apprécié la façon dont elle était posée. Ce n’est pas anodin du tout, et elle est posée de cette façon pour accrocher encore plus le lecteur.

Bref, si vous aimez les leçons de vie et les personnages attachants, qu’attendez-vous pour vous laisser tenter par ce roman ?

Publicités

Merci pour votre passage. N'hésitez pas à laisser un commentaire après lecture de l'article, je vous répondrais dès que possible :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :