L’étrangère de Valérie Toranian


l'étrangère Titre: L'étrangère
 Auteure: Valérie Toranian
 Editions: Flammarion
 Nombre de pages: 237
 Prix: 14,99€ au format numérique ou 
 19€ au format broché

 J'ai lu ce roman dans le cadre du comité de 
 lecture pour la 29ème édition du festival du 1er
 roman de Chambéry.

«Elle tricote. Je sors mon carnet.
– Raconte-moi précisément ce qui s’est passé dans les convois…
– Plus tard…
Je rêve de recueillir cette histoire qui est aussi la mienne et elle s’y oppose comme une gamine butée. – Quand plus tard ?
– Quand tu auras eu ton bébé.»
Aravni garde farouchement le silence sur son passé. Sa petite-fille, Valérie, aimerait pourtant qu’elle lui raconte son histoire, l’Arménie, Alep, Constantinople et Marseille. Dans ce récit qui traverse le siècle, elle écrit le roman de la vie, ou plutôt des vies d’Aravni : de la toute jeune fille fuyant le génocide arménien en 1915 jusqu’à la grand-mère aussi aimante qu’intransigeante qu’elle est devenue, elle donne à son existence percutée par l’Histoire une dimension universelle et rend hommage à cette grand-mère «étrangère» de la plus belle façon qui soit.

Qu’est-ce que j’en pense?

Mon choix s’est porté sur ce roman comme première lecture dans le cadre du comité de lecture du Festival du premier roman de Chambéry. Il faut dire que sa quatrième de couverture est tout aussi attirante qu’intrigante.
Finalement, je ne regrette pas du tout d’avoir choisi de découvrir ce roman, car j’ai passé un très bon moment en sa compagnie et il est passé pas loin du coup de cœur.

Une fois la première page de ce roman tournée, j’ai eu beaucoup de mal à le reposer et le lire pendant mes trajets en train a été un supplice, car j’avais l’impression qu’à peine j’étais plongée dans l’histoire que déjà j’étais arrivée à destination.

L’auteure a trouvé les mots justes pour nous plonger dans la descente aux enfers vécue par sa grand-mère, Aravni. J’ai été touchée, émue, bouleversée par ce vécu. La dureté de ce roman nous prend aux tripes et plus d’une fois j’ai eu les larmes aux yeux.
Certaines scènes sont vraiment très marquantes et on ne peut que prendre cette grand-mère en pitié et comprendre le pourquoi de son caractère.
Heureusement, les chapitres sont alternés et on retrouve d’un côté le passé d’Aravni et de l’autre le passé de l’auteure qui nous permet un peu de reprendre notre souffle.

Bref, si vous cherchez un roman qui va vous bouleverser et vous prendre aux tripes « L’étrangère » est pour vous.

Présentation de l’auteure

Valérie Toranian est née en 1962. Ancienne directrice de Elle, elle est aujourd’hui directrice de La Revue des deux mondes. L’étrangère est son premier roman.

Publicités

Merci pour votre passage. N'hésitez pas à laisser un commentaire après lecture de l'article, je vous répondrais dès que possible :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :