{Atelier d’écriture} La solitude


Ca fait quelques mois, que je n’ai plus participé aux ateliers d’écriture de Leiloona et ça me manquait. Me voici donc de retour avec un nouveau texte. Attention, sortez les mouchoirs pour les plus sensibles. Je vous souhaite une bonne lecture et j’espère que le texte vous plaira.

© Julien Ribot

Comme tous les mardis avec les aides-soignantes et les résidents des Roses, je me balade au marché. Cette promenade me rend à la fois heureuse et nostalgique, car elle me rappelle ma jeunesse. Ce temps où pendant les vacances, je venais  flâner avec les enfants et mon Bébert sur cette même placette.
Nous profitions de ces moments pour faire un petit plaisir aux marmots, puis nous allions manger un plat du jour dans ce restaurant qui se trouve encore actuellement sur la place et nous terminions notre repas par une succulente glace à la fraise.

Aujourd’hui, tout est différent, je suis là, seule, abandonnée, dans ce home. Quand mon Bébert est parti rejoindre les anges au ciel, nos enfants,  Laurence et François ont jugé que je ne pouvais pas rester à la maison et qu’il était temps de me placer. Selon leurs dires, ils avaient leur vie de famille, leur travail et ils ne pouvaient plus m’assumer. Au début de mon séjour, ils venaient me chercher tour à tour et m’invitaient pour une journée chez eux, que je puisse les voir et passer un moment avec mes petits-enfants.  Puis très vite, leurs visites se sont espacées et mes sorties aussi. Le tous les dimanches est devenu toutes les deux semaines, puis une fois par mois, pour n’être plus rien du tout.

Leurs belles promesses se sont rapidement envolées. Je ne suis plus rien qu’une pauvre vieille grabataire dans leur vie mouvementée.
Ils m’avaient promis que je n’aurais pas le temps de m’ennuyer à la résidence, que j’allais me faire des tas d’amis, et que j’allais avoir des tonnes d’occupations à ne plus avoir une minute à moi, mais ce ne sont que des belles paroles.
Je ne me suis jamais habituée aux Roses et je passe les journées dans ma chambre à regarder la TV.

Ce matin, en m’éveillant, je me sens heureuse, car nous sommes mardi et je vais faire ma sortie hebdomadaire. Je vais aller sur ce marché, avec juste l’envie de ressasser de magnifiques souvenirs et m’évader quelques instants de cet ennui quotidien. Je suis tellement plongée dans mes pensées que j’ignore totalement les étals qui se présentent à moi, mais une voix que je reconnais me sort de mes songes, c’est Elodie ma petite fille, je l’aperçois au loin. Elle est là, avec François, son papa, c’est la première fois que je les entrevois au marché depuis que je vis aux Roses. Ils sont bien trop occupés pour me voir et je serais bien incapable de les rattraper. Ils disparaissent de mon champ de vision et je vais rentrer à la Résidence reprendre ma vie.

Reviendrai-je au marché la semaine prochaine ? Rien n’est certain, cette rencontre m’a chamboulée et je préfère rester  enfermée plutôt que de subir cette souffrance morale.

Publicités

31 Réponses

  1. Joli texte qui m’a serré le coeur

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup, je suis ravie qu’il t’ait plu 🙂

      J'aime

  2. Que de sourde mélancolie dans ce texte ! La solitude des personnes âgées est un « fléau » de notre société moderne.

    Aimé par 1 personne

    1. Et oui malheureusement, ça arrive 😦

      J'aime

  3. Poignant, cette solitude. Joli texte

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, je suis ravie que le texte ait plu 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Il est bien triste ton texte, plein de la douleur d’être abandonné par ses proches et malheureusement il est bien juste.

    Aimé par 1 personne

    1. Et oui, c’est malheureux qu’il soit juste 😦

      J'aime

  5. Pauvre dame. C’est triste mais tu traduis vraiment bien la douleur de cette solitude, de cet abandon.

    Aimé par 1 personne

    1. Et oui, c’est terrible pour ces personnes de se sentir abandonnées 😦

      J'aime

  6. Bouleversant petit texte… Merci de l’avoir partagé !

    Aimé par 1 personne

    1. Mais de rien, je suis ravie qu’il t’ait plus plu 🙂

      J'aime

  7. Oui chamboulant et bouleversant ! Il va me faire réfléchir sur les moyens de veiller sur nos « vieux » ! Boujou.

    Aimé par 1 personne

    1. * de façon plus digne. (Si j’oublie la moitié de mes phrases, ça va pas aller ! Je vieillis… ^^, )

      Aimé par 1 personne

      1. Et oui, ils ont besoin de nous et de notre présence. J’ai eu des cas d’abandon quand je travaillais au home 😦 Pas de soucis 😀

        J'aime

  8. Annie Thibault cassegrain | Réponse

    Si vrai!! Très beau texte

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 😉 Et oui malheureusement 😦

      J'aime

  9. Eh ben punaise … pauvre dame. 😦 ça me désole toujours … dans notre société occidentale, nous sommes vite relégués aux oubliettes.

    Aimé par 1 personne

    1. Et oui c’est vrai que c’est triste de passer aux oubliettes 😦

      J'aime

  10. Goooosh ! Super ton texte et très percutant. La conclusion fait réfléchir : préférer une vraie solitude physique et morale pour éviter d’avoir encore plus mal… merci

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, je suis ravie qu’il ait autant plu. ET oui des fois il vaut mieux éviter d’être encore plus déçus.

      J'aime

  11. Comme je travaille en EHPAD, ce texte ne peut que me toucher.
    Heureusement beaucoup de familles sont admirables et viennent jusqu’au bout.
    Et puis on ne connait pas le passé de nos résidents, on est parfois surpris devant une gentille mamie d’apprendre qu’elle était maltraitante avec ses enfants.
    La réalité est parfois plus complexe qu’il n’y parait.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est vrai, heureusement que toutes les familles ne sont pas comme ça, et c’est vrai que dès fois les enfants ne sont pas en cause, j’en ai vu des cas aussi quand je travaillais en home.

      J'aime

  12. quelle immense tristesse, en effet… et tu la dis bien

    Aimé par 1 personne

    1. Et oui, ça arrive trop souvent 😦 Merci 😉

      J'aime

  13. Le marché, ce moment de vie dans un quotidien morne, mais qui peut se révéler déchirure quand la rencontre n’a pas lieu…

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, le bonheur peut très vite se transformer en tristesse 😦

      J'aime

  14. […] Mon texte « La solitude » écrit pour l’atelier d’écriture de che… […]

    J'aime

  15. Oooh, quelle nostalgie et quelle tristesse :(.
    C’est dur de vieillir et de se sentir rejeté par les siens … Ton texte est très émouvant.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai et pourtant j’ai déjà vu le cas plusieurs fois quand je travaillais au home 😦

      J'aime

Merci pour votre passage. N'hésitez pas à laisser un commentaire après lecture de l'article, je vous répondrais dès que possible :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :