Gilles Legardinier, l’interview


 
Aujourd’hui, c’est Gilles Legardinier qui est à l’honneur sur le blog. J’ai découvert l’auteur avec « Demain j’arrête! » qui a été un énorme coup de coeur et, juste au moment où j’ai eu fini de le lire, j’ai découvert que l’auteur serait présent au furet du Nord de Lille pour présenter son roman « Et soudain tout change », je suis donc allée à sa rencontre. Ce fut un moment magnifique dont je garde un excellent souvenir. J’ai découvert un écrivain très ouvert et très amical. Depuis, bien sûr, j’ai lu « Complètement cramé! » et « Et soudain tout change ».
 
Voici quelques liens vers:
(Un clic sur l’image vous mènera vers mon avis concernant le roman)
Isa: Bonjour  Gilles, tout d’abord, je tiens à vous remercier d’accepter de répondre à cette interview. Avant de parler de votre roman et de vos projets, nous allons parler un peu de vous. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ? 
C’est un exercice pour lequel je ne suis pas doué ! Peu m’importe qui je suis, ce qui compte pour moi, c’est ce dont je suis capable. Je suis un homme de 48 ans, marié, père de deux enfants, passionné de cinéma, qui a décidé d’oser écrire parce que c’est le moyen le plus intime de parler à l’esprit et au cœur de mes semblables. Pour le reste, ce sont les lecteurs les mieux placés pour dire qui je suis !
Isa: D’où vous est venue cette envie d’écrire ?
Ce n’est pas une envie. Ce n’est ni un calcul, ni une décision. Ecrire, c’est comme tomber amoureux, on ne choisit pas. On est la victime chanceuse d’un sentiment, d’un élan qui vous dépasse. Cet élan, je l’ai toujours eu, mais il m’a fallu longtemps pour découvrir que ce que j’écrivais pouvait intéresser quelqu’un d’autre que moi.
Isa: Avez-vous un genre de littérature, un auteur et un roman de prédilection ?
Non, aucun genre préféré, aucun a priori. J’aime tout ce qui est sincère, avec du sens, et qui n’est fait ni au nom de petits intérêts, ni du nombrilisme.
Isa: Beaucoup de lecteurs vous connaissent grâce à « Demain j’arrête ! », « Complètement cramé ! » et « Et soudain tout change », pourtant vous avez d’autres écrits, d’autres romans avant ceux-là dont deux thrillers. Pouvez-vous nous parler un peu de ces différents ouvrages et nous raconter votre parcours ?
On ne s’habille pas tous les jours de la même façon. On ne mange pas tous les jours les mêmes plats. Pourquoi un écrivain devrait-il se contenter d’un seul créneau s’il a les moyens et l’envie d’en changer ? Les seuls points communs à tous mes livres sont la sincérité et l’envie d’emporter le lecteur.
 
Isa: Dans « Demain j’arrête ! » et « Et soudain tout change » vous vous glissez dans la peau d’une femme avec beaucoup de talent. D’où vous sont venues les idées pour ces deux romans ? 
Pour « Demain j’arrête ! », j’ai d’abord songé à raconter une histoire d’amour vue par un homme, mais le fait est qu’étant donné notre façon de fonctionner, le livre aurait fait douze pages et ils auraient été au lit à la page 4 ! Alors je me suis dit « pourquoi pas écrire dans la peau d’une jeune femme ? ». Même si on l’oublie souvent aujourd’hui, le métier d’un auteur est aussi de se glisser dans la peau de personnages qu’il n’est pas. Mes amis qui écrivent des histoires de tueurs psychopathes n’en sont pas tous ! Etant donné le fantastique retour que les femmes m’ont fait, je me suis senti libre de récidiver !
  
Isa: Le personnage principal de « Complètement cramé ! » est bien un homme, lui. Pourquoi avoir choisi un personnage masculin pour ce roman qui se situe entre deux romans à héroïnes féminines ? 
Pour ne pas me laisser enfermer dans la petite case du « type qui écrit dans la peau d’une femme » où quelques esprits réducteurs auraient eu vite fait de m’enfermer !
Isa: Parlons encore un peu des trois romans que j’ai pu lire. Pourquoi avoir choisi un chat pour illustrer la couverture de chacun de ces livres ?
J’ai voulu la couverture de « Demain j’arrête ! ». Il a même fallu que je me batte pour l’imposer. Elle a du sens par rapport au livre et me permettait de faire sourire même ceux qui ne comptaient pas acheter le livre. Etant donné la chance qu’elle m’a portée, j’ai décidé d’en faire ma marque de fabrique pour quelques livres.
Isa: Et si vous deviez vous identifier à un ou plusieurs personnages d’une de vos histoires, lequel ou lesquels serait-ce ?
Je ne songe pas trop à ce genre de choses. Je me sens proche de tous par certains aspects, mais d’aucun en particulier. Je me retrouve dans leur faculté à aimer et à espérer. Mais je ne cherche pas à me mettre en scène. Je ne suis derrière aucun masque. Si un jour je veux parler de moi, je le ferai sans me cacher.
 
Isa; Maintenant que nous avons parlé de vous et de vos romans, pourriez-vous un peu nous parler de vos futurs projets ?
Une comédie – le 2 octobre, « Ça peut pas rater ! », je suis impatient de la partager avec le public – ; un thriller déjà terminé, une autre comédie, des surprises, dans plusieurs genres, un livre sur l’adoption, des films, plein de choses…
Isa: A part l’écriture, avez-vous d’autres passions dans la vie ?
L’écriture n’est pas une passion. Aller vers les autres est un but, un rêve, et l’écriture est un moyen. Si je devais avoir une passion, ce serait ceux que j’aime.
Isa: Pour continuer, je vous donne l’opportunité de donner envie aux lecteurs qui ne vous connaissent pas de découvrir votre bouquin. C’est à vous de jouer pour un petit instant pub.
Je suis incapable de me vendre. Viennent ceux qui veulent. Je ne suis qu’une proposition. Que chacun trouve celle qui lui convient le mieux dans l’offre incroyable que propose notre époque. Il existe plus de 145 000 bouquins publiés, je n’en ai écrit qu’une poignée…
Isa: Pour terminer, vous prêteriez-vous  au jeu de réaliser un petit portrait chinois réalisé par mes soins ? Dites-nous qui vous seriez, si vous étiez :
  • Un personnage de BD ? Le Schtroumpf farceur.
  • Un poète ? Je ne veux pas être un poète !
  • Un personnage de dessin animé ? Le coyote qui court après Bip Bip. Mais moi, je l’ai attrapé. C’est ma femme, Pascale.
  • Un chanteur ? Le barde d’Astérix.
  • Unechanson ? “Des gens formidables” de Francis Cabrel.
  • Un film ? Une comédie qui va vite.
  • Une série ? Une histoire d’équipe.
  • Un animal ? Un écureuil, avec un fusil.
  • Un endroit ? L’Ecosse, une crique au sud d’Oban. J’y retourne bientôt.
Isa:Je vous remercie d’avoir pris le temps de répondre à ces questions.
Merci à vous !
 

Publicités

2 Réponses

  1. Une interview de Gilles Legardinier… trop la classe ! 😉

    J'aime

  2. C'est un auteur très agréable qui a gardé une âme simple malgré son énorme succès 🙂

    J'aime

Merci pour votre passage. N'hésitez pas à laisser un commentaire après lecture de l'article, je vous répondrais dès que possible :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :