Thierry Cohen, l’interview


Aujourd’hui, c’est Thierry Cohen qui est à l’honneur sur le blog. J’ai découvert l’auteur il y a un peu plus d’un mois avec son roman « Je n’étais qu’un fou » qui est un énorme coup de coeur. D’ailleurs, si vous me suivez sur la page Facebook, je suis certaine que vous en avez vu des statuts passer sur ce livre pendant que je le lisais. J’ai eu l’occasion d’échanger un peu avec l’auteur depuis et il est très ouvert. Il ne me reste plus qu’à découvrir ses autres romans.
 
On commence comme d’habitude avec quelques liens vers:
(Un clic sur l’image vous mènera vers mon avis)
 
Isa: Bonjour Thierry, tout d’abord, je tiens à vous remercier d’accepter de répondre à cette interview. Avant de parler vos romans et de vos projets, nous allons parler un peu de vous. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?
Je suis marié, père de quatre garçons et je travaille au sein d’une petite agence de communication. En fait, un mec banal.
Isa: D’où vous est venue cette envie d’écrire ?
J’ai toujours écrit. Mon activité professionnelle m’a conduit à manier les mots pour en faire des slogans, des textes de présentation d’entreprises, des discours pour patrons… Mais j’ai toujours rêvé écrire un jour un roman sans m’en croire réellement capable. Jusqu’au jour où je m’y suis enfin attelé.
Isa: Avez-vous un genre de littérature, un auteur et un roman de prédilection ?
J’ai des périodes. J’ai eu ma période littérature japonaise, puis littératures américaine, celle dédiée aux classiques. Je n’ai pas de culture littéraire donc je lis en fonction de mes coups de cœur, des conseils de mes amis, de mes lecteurs aussi.
Parmi les francophones contemporains, dans des styles très différents : Foenkinos, Djian, Frédérique Deguelt, Delphine de Vigan,  Marc Levy, Tatiana de Rosnay, Véronique Biefnot, Agnès Abécassis, Eric Genetet, Loraine Fouchet, etc.
Isa: Actuellement, si je compte bien, vous avez six romans à votre actif, pouvez-vous nous en  parler en quelques lignes et nous expliquer un peu votre parcours ?
J’écris en fonction des mes envies, sans suivre une sorte de ligne éditoriale (une recette, comme le héro de mon dernier roman). J’aurais préféré vivre est un roman étrange, le plus étrange sans doute, mêlant mysticisme et suspense déjanté. D’ailleurs j’étais persuadé que personne ne le comprendrait, ne l’apprécierait. Et c’est celui qui a été le plus lu !
Je le ferai pour toi est un thriller politico médiatique.
Longtemps j’ai rêvé d’elle est une histoire d’amour entre un auteur et une lectrice.
Si tu existes ailleurs et Si un jour la vie t’arrache à moi sont des romans mêlant suspense et mysticisme.
Je n’étais qu’un fou est un thriller avec pour toile de fond le rapport à l’écriture d’un romancier vedette.
  
 
Isa: Et si vous deviez vous identifier à un personnage d’une de vos histoires, lequel serait-ce ?
Il y a un peu de moi dans tous les personnages. La relation à l’écriture de Samuel dans Je n’étais qu’un fou est la mienne. La relation aux femmes et à l’amour de Jonas dans Longtemps j’ai rêvé d’elle est sans doute également inspirée de ce que j’ai vécu et ressenti.
Isa: Parlons un peu plus précisément de « Je n’étais qu’un fou » votre dernier roman grâce auquel j’ai découvert votre plume, comment est né Samuel Sanderson ?
L’idée est née suite à des messages étranges reçus par internet. Des messages qui m’ont laissé penser que cette relation virtuelle pouvait rapidement dévier et me mener loin de ce que je suis.
Isa: Maintenant que nous avons parlé de vous et de vos romans, pourriez-vous un peu nous parler de vos futurs projets ?
Ecrire, écrire et encore écrire…
Isa: A part l’écriture, avez-vous d’autres passions dans la vie ?
Oui, ma femme et mes fils. Et voyager en leur compagnie. J’ai aussi une vraie passion pour le quotidien, la vie qui se construit, les petits riens qui permettent de changer, de grandir. Je suis un contemplatif, je crois.
 
Isa: Pour continuer, je vous donne l’opportunité de donner envie aux lecteurs qui ne vous connaissent pas de découvrir vos bouquins. C’est à vous de jouer pour un petit instant pub.
Si vous avez acheté les romans de Musso, de Levy, de Tatiana de Rosnay, de Michel Bussi, de Grégoire Delacourt, de Foenkinos, d’Agnès Abécassis… et qu’il vous reste encore un peu de fric, achetez le dernier roman de Thierry Cohen !
Sinon, trouvez quelqu’un qui vous le prêtera.
(Oui je sais…)
Isa: Pour terminer vous  prêteriez-vous  au jeu de répondre à un petit portrait chinois réalisé par mes soins ? Dites qui nous qui vous seriez, si vous étiez :
  • Un personnage de BD : mon fils
  • Un poète ?  Mon grand père
  • Un personnage de dessin animé ? mon fils quand il se met à courir partout
  • Un chanteur ? Goldman
  • Une chanson? Tu es de ma famille, de mon ordre et de mon rang, celle que j’ai choisie, celle que je ressens dans cette armée de simples gens.
  • Un film ? Il était une fois en Amérique
  • Une série ? Hatufim, la série israélienne qui a donné Homeland (version américaine que je n’aime pas d’ailleurs)
  • Un animal ? Le Guépard
  • Un endroit ? Mon bureau
Isa: Je vous remercie d’avoir pris le temps de répondre à ces questions.

Publicités

Merci pour votre passage. N'hésitez pas à laisser un commentaire après lecture de l'article, je vous répondrais dès que possible :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :